☎ 1 femme chez toi en 30 mins

photo porno avec animal Sauvagement baisée par son chien !

Cécile prit une longue douche bien chaude. La jeune femme avait toujours adoré sentir l’eau couler sur son corps. Elle se caressa tout en se savonnant, appréciant le galbe de sa poitrine généreuse et la belle cambrure de ses reins. Elle aimait son corps car elle savait l’effet qu’il avait sur les hommes. Quoi de mieux qu’un joli déhanché, un petit sourire, voir une petite gâterie, pour obtenir une faveur ? En sortant de la douche, elle se regarda dans le miroir. On lui disait souvent que son visage était magnifique, qu’elle aurait pu faire mannequin. Elle se trouvait belle en effet, avec ses yeux marron pétillants et ses cheveux soyeux, mais Cécile n’avait pas envie d’être modèle. La jeune femme sursauta en entendant du bruit dans la maison. Une pointe d’inquiétude la saisit : son homme ne devait pas rentrer avant le lendemain soir. Etait-ce un cambrioleur ? Enfilant un peignoir, elle sortit sur la pointe des pieds pour tenter de voir ce qui se passait et si besoin appeler la police. Arrivant dans le salon, Cécile comprit ce qui c’était passé. Nugget, son chien, avait réussi à rentrer et avait foutu le bazar partout. Il regardait maintenant de ses yeux bleus, assis au milieu d’un capharnaüm incroyable. « Nugget ! Vilain chien, dégage ! » Lui cria-t-elle. L’autre s’écarta un peu piteusement et, en soupirant, Cécile se pencha pour ramasser ce que l’animal avait fait tomber. Heureusement il n’y avait rien de cassé. Alors que la jeune femme ramassait ce qui traînait par terre, elle sentit un truc humide contre sa cuisse droite : la truffe de Nugget. « Putain mais fous moi la paix sale clebs ! » Gronda-t-elle agacée. Soudain elle tressaillit, traversée par une décharge électrique. Le chien venait de lui lécher la moule déclenchant une vague de plaisir dans son corps. Elle se retourna pour le repousser mais glissa et se retrouva sur le dos, son peignoir ouvert révélant son magnifique corps nu. Nugget recula l’espace d’une seconde puis revint à la charge, lapant avec application la chatte de Cécile. La jeune femme voulut résister mais c’était juste trop bon. La langue râpeuse du chien sur son clito la comblait plus que tout ce qu’elle avait pu connaître. D’une façon presque pathétique, elle tentait faiblement de le gronder entre deux hoquets de plaisir : « N..non Nu… Mon dieu… Nugget a…arrête… Putain… C…c’est pas bien fout moi la paix… » Mais le chien ne s’arrêtait pas, redoublant même d’ardeur dans son léchage du sexe de la jeune femelle. Cécile poussait des râles de plaisirs, se tortillant sur le sol à chaque coup de langue. Son bas-ventre la brûlait et le plaisir se répandait lentement dans son corps. Elle se sentait à deux doigts de jouir… Mais soudain cécile ne sentit plus la langue de Nugget venir laper sa chatte. Elle se redressa et poussa un cri presque suppliant : « Non !!! Reviens Nugget ! Reste ! Reste…» Le mâle la regardait avec la langue pendante. Il ne s’était reculé que d’un petit pas et la jeune femelle tenta de l’approcher, levant son vagin vers son museau pour qu’il reprenne le cuni interrompu. Mais le chien détourna la tête. La jeune chienne voulut insister et laissa tomber son peignoir au sol avant de lui présenter à nouveau sa moule. Mais Nugget se détourna encore et lui sauta dessus, tentant d’enserrer son corps avec ses pattes avant. Cécile poussa un petit cri surpris, jamais son chien n’avait fait ça. Elle se laissa retomber au sol et aperçut entre les pattes de l’animal sa bite tendue. Elle était rouge et luisante, apparamment plus grosse que la bite de son homme… En l’espace d’un instant tout se bouscula dans la tête de Cécile. La femelle était à la fois dégoûtée par ce que tentait de faire le chien et troublée par le plaisir qui pulsait dans son corps après le cuni qu’il venait de lui faire. Elle recula maladroitement… D’un côté la femme savait qu’elle avait déjà été trop loin, qu’elle devait arrêter, mais de l’autre, un instinct puissant lui dictait de prendre ce sexe en elle, de le laisser lui remplir son vagin, son ventre… Déboussolée, elle se retourna et tenta de s’éloigner d’abord en rampant, puis à quatre pattes. Dans sa tête, l’idée que c’était un acte contre-nature commençait à l’emporter. Puis elle sentit Nugget juste derrière elle. Le chien lui sauta à nouveau dessus, l’enserrant entre ses pattes avant. La chienne poussa un nouveau cri surpris en sentant quelque chose de dur, chaud et humide frotter contre sa cuisse. Son chien s’agitait pour essayer de pénétrer sa femelle mais il n’y arrivait pas. Dans un état second, la femelle en chaleur tendit la main pour attraper cette grosse pine qui allait et venait entre ses cuisses, sans savoir ce qu’elle allait en faire. Elle se dit qu’elle allait l’éloigner de son sexe mais au final la femelle le guida vers sa fente. La bite de Nugget était à peine rentrée dans son orifice de femelle que celui-ci la fit rentrer entièrement d’un grand coup de rein, arrachant un gémissement à sa maîtresse. L’animal ne lui laissa pas le temps de souffler et se déchaîna sur elle, comme si elle allait être la dernière femelle qu’il pourrait saillir de toute sa vie. Cécile, la bouche grande ouverte, haletait comme la dernière des chiennes. Ses seins ballottaient d’avant en arrière au rythme d’enfer que lui imposait la bête. La bite du chien lui défonçait littéralement la moule… Chaque coup de boutoir de l’animal lui envoyait des décharges de plaisir dans son ventre, dans ses seins, à travers tout son corps électrisé à force de plaisir… Le sexe de Nugget lui semblait énorme, brûlant et Cécile se cambrait de plus en plus en le sentant aller et venir en elle. Elle n’avait jamais vécu quelque c hose d’aussi avilissant, d’aussi dégradant… Mais elle n’avait jamais non plus vécu quelque chose d’aussi jouissif ! Sa mouille dégoulinait littéralement le long de ses cuisses jusqu’au sol. Elle encourageait Nugget d’une voix tremblotante : « Bon chien vas-y… Fais plaisir à maîtresse… Oh mon dieu continue oui c’est bon… Vas-y défonce moi sale clebs! Défonce ta maîtresse !!! » Elle sentit que son plaisir allait la submerger. Rejetant la tête en arrière, elle poussa un long gémissement de plaisir. Nugget ne ralentit même pas, continuant à la limer avec vigueur. Une boule s’était formée à la base de sa queue, dilatant encore plus lla fente étroite de la jeune femelle tandis qu’elle sentait un liquide chaud couler en elle. « Oh Nugget… J’suis ta chienne… Ta bonne petite chienne… Baise-moi mon chien… Baise ta p’tite femelle… » La saillie dura encore de longues minutes durant lesquelles Cécile eut encore plusieurs petits orgasmes qui achevèrent de la vider de ses forces. Elle ne comprenait pas bien ce qui se passait, son vagin lui semblait déjà bien rempli mais Nugget continuait. Le souffle court, la jeune femme répétait sans cesse : « Ta chienne… Oui ta chienne… » Finalement, elle sentit la bite du chien grossir encore plus, puis de longs jets de sperme se déversèrent en elle. Nugget resta un moment sur elle sans bouger, puis il se laissa tomber mais sans sortir de sa maîtresse. Passé les dernières vapeurs de l’orgasme, Cécile s’inquiéta un peu. Le gros engin de son chien semblait comme verrouillé en elle et elle n’arrivait pas à l’extraire. Elle tenta bien de tirer dessus mais un grognement de Nugget la dissuada d’insister. Il fallut près de 10 minutes d’inquiétude avant que le sexe du husky ne sorte enfin du sexe de sa chienne exténuée avec un bruit humide. Aussitôt du sperme commença à couler le long des cuisses de Cécile. Celle-ci se releva et réalisa ce qu’elle venait de faire, elle venait de s’accoupler avec son chien ! Prise de nausée, la tête qui tournait, la jeune femme se dirigea en titubant vers la douche, espérant laver de son corps la souillure qu’elle venait d’y apposer… Le sujet est photo zoophille, photo zoophile gratuite, images zoophilie.