☎ Elle se deplace gratuitement chez toi

galerie photo zoophilie La fille a envie de sexe avec l'étalon

Mathilde sort Salt, le cheval de ses voisins et se dirige vers l’enclos. Soudain, elle a une idée tordue. La jeune femme entreprend de caresser l’encolure de l’animal. Salt, toujours affectueux se laisse faire avec complaisance. S’accroupissant sous lui, Mathile découvre très rapidement ce qu’elle veut trouver : deux énormes couilles et le fourreau qui cache à peine le sexe de l’animal. Elle caresse longuement le fourreau… Au bout d’un moment, elle se rend compte que rien ne se passe comme elle l’imaginait. C’est à peine si Salt a l’air de sentir la main le branler. Dabord déçue, Mathilde ne veut pas abandonner. L’occasion de découvrir le sexe zoophile est trop unique. Se ressaisissant, elle change de technique. Après tout, elle n’a jamais eu à allumer un cheval avant ce moment . Se mettant debout juste devant Salt, la jeune femme prend la crinière de l’étalon à deux mains. Elle colle les naseaux de Salt sous sa robe, entre ses cuisse rendues humides par l’idée qu’elle a de se faire lécher le minou… La réaction ne se fait pas attendre. Les naseaux dilatés, la verge de l’animal commence à poindre très sérieusement. Réalisant que sa seule odeur de femelle en chaleur suffit à exciter un mâle Mathilde se sent énervée comme une petite vierge. Elle commence à frotter son con contre les naseaux du cheval qui bande de plus en plus. Le membre viril de l’animal atteint des proportions formidables par rapport à tout ce qu’elle connaissait. Abandonnant ses jeux avec la tête de Salt contre son sexe, Mathilde enleve sa robe, puis ses sous vêtements et se met à genoux. Se penchant sous lui, elle commence à le branler à nouveau. la jeune femme veut sucer la bête en rut avant de mettre en pratique son idée de baise animale. Elle amène le sexe en érection face à elle et l’observe un instant, le comparant à celui de ses amants occasionnels. Aucune comparaison possible, bien sûr ! Mathilde n’est plus tellement certaine de ce qu’elle doit faire. Hésitant encore un peu, elle frotte son visage contre le sexe tendu. Le faisant glisser sur son cou, puis son ventre jusqu’à le plaquer contre son sexe. Au même moment la femelle sent un spasme parcourir son sexe brûlant et reçoit sur ses pieds un liquide chaud. Heureusement qu’elle ne s’est pas précipitée pour le sucer. Salt vient juste de lui pisser sur les pieds. Au lieu d’être écœurée, elle se sent salope sublime, couverte de foutre et de pisse de cheval. N’y résistant pas elle oriente la fin du jet sur ses cuisses, s’aspergeant de pisse. L’odeur est forte. Salt n’a même pas tout à fait fini de p isser que déjà elle englouti sa bite. Elle la suce et la pompe difficilement. Le goût de l’urine lui lève un peu le cœur. Salt bande dur et commence à hennir doucement. Dans le box à côté un autre cheval s’énerve en voyant la bête et la femme sur le point de copuler. Mathilde s’arrête avant de se laisser aller à sucer son étalon jusqu’au bout. La femelle se met à quatre pattes juste à côté de lui et attrape l’énorme sexe entre ses jambes. Entre la salive qu’elle récupère pour lubrifier mieux son vagi n et l’espèce de foutre sur la bite de Salt, l’énorme engin de l’animal entre comme dans du beurre dans son orifice de femelle en chaleur. Serrant son sexe dilaté autour de ce sexe démesuré, Mathilede profite de chaque nouveau millimètre de chair qui s’enfonce en elle. La sensation est formidable, douloureuse, excitante, jouissive, encore meilleure qu’elle ne l’aurait cru. Sentant l’engin de l’animal, pousser, non plutôt cogner, au fond de son vagin en feu la jeune femme transformée en jument commence à aller et venir pour mi eux jouir. Salt qui avait l’air déjà très excité s’agite. Elle sent le grosse bite gonfler encore et elle ne peut s’empêcher d’être parcourue de spasmes désordonnés. Soudain, sans prévenir la jument prend au fond d’elle de longue s et abondantes giclées de foutre chevalin. Il y en a trop ! Le sperme coule le long de ses cuisses se mélangeant à l’urine et la cyprine. Du bout des doigts La femelle le recueille et le po rte à ses lèvres. Le goût est très fort mais pas désagréable. Salt semble avoir fini. Avec un bruit de succion sa tige est expulsée du sexe de la femelle, suivie d »une grande coulée de foutre. Mathilde se relève sentant son vagin dilaté encore plein du contenu des couilles de la bête, heureuse, satisfaite, comblée… Le sujet est photos zophilie, video de zoophilie, photo zoophile amateur.