☎ Femmes mariees libertines

porno zoophile La salope baise avec le clébard !

Je contemplais avec satisfaction mes fesses bien rondes et mes seins suffisamment gros pour attirer l’oeil des garçons, tout en restant fermes et gracieux. Je m’allongeais sur mon lit, caressant ma chatte en pensant à tous les mecs que j’avais croisé aujourd’hui, imaginant les scénaris les plus torrides. Une fois l’orgasme atteint à l’aide d’un godemiché bien large et long, je jetais l’engin par terre et m’étirais sur mon lit, insatisfaite… J’entendis alors un bruit de reniflement, et découvris mon chien, Feex, un beauceron noir d’un an et demie, en train de renifler mon gode. Amusée, je m’assied pour l’observer renifler, puis lécher mon sextoy. Mon chien avait l’air d’aimer l’odeur et le goût de ma mouille. Intriguée, je posais mes fesses au bord du lit, et écartais les cuisses au maximum. Ma chatte rasée et humide était dévoilée en plein jour. Feex leva la tête, reniflant, et la piste odorante le conduisit à l’entrée de mon vagin. Immédiatement, il se mit à lécher mes lèvres vaginales. La sensation était incroyable! La langue râpeuse de mon chien allait et venait le long de mon sexe, caressant mon clitoris. A chaque mouvement de sa langue sur ma chatte, une vague de plaisir parcourait mon corps. J’atteignis un orgasme d’une puissance largement supérieure à d’habitude, et je cambrais mon dos afin d’accroître le plaisir. Infatigable, Feex léchait toujours ma chatte, et je dus le repousser afin de reprendre mon souffle. Je l’ai bien dressé, et il sait que peu importe la situation, lorsque je dis stop, c’est stop. Il s’assied alors, et entreprit de se lécher le sexe. Non, je ne pouvais pas, j’étais déjà allée trop loin…Pourtant…La tentation était grande. Même énorme. Aussi, je décidais de toucher le sexe de mon chien. Le pénis d’un chien est différent de celui des hommes. Il est recouvert du fourreau, remplaçant du prépuce chez l’homme. J’ai commencé à toucher son sexe, assise à côté de mon compagnon à quatre pattes. Je sentais son pénis enfler sous la caresse de mes doigts, et, n’en pouvant plus, je tirai le fourreau. Au fur et à mesure que la gaine protectrice glissait, je découvrais la taille impressionnante du sexe de mon chien. Pas loin d’une vingtaine de centimètres selon moi. D’une couleur rouge/rose, son énorme bite n’attendait que mes caresses, et même plus. Je m’adossai alors à mon lit, la tête reposant sur mon oreiller, mes fesses par terre. Je fit comprendre à mon chien ce que je voulais, et il posa rapidement ses pattes avant sur mon lit, derrière ma tête. Je me retrouvais avec son gros sexe collé à ma bouche, et j’entrouvris mes lèvres afin de le sucer. Feex dut confondre ma bouche avec un vagin, car dès que mes lèvres furent collées à son gland, il donna un grand coup de bassin en avant, enfonçant son engin profondément dans ma bouche. N’ayant aucune envie de résister, je m’abandonnais à la pénétration orale, titillant le dessous de son pénis à l’aide de ma langue. Son énorme bite s’enfonçait dans ma bouche de salope, et j’en profitai pour me doigter la chatte tant la sensation était délicieuse. Soudain, un liquide crémeux et chaud dégoulina dans ma bouche. Étonnée, je repoussai mon chien devant moi, extirpant son membre de la bouche. J’avalais avec plaisir, cependant, le sperme de mon compagnon canin, constatant que son goût était plus sucré que celui d’un homme. Feex me regardait, penaud, et sa bite rentrait tristement dans son fourreau. Je décidais d’en apprendre davantage sur internet. Je découvris avec stupeur que durant l’excitation qu’un chien, contrairement à un homme, la bête éjaculait tout le long de son érection. Je lisais toute la page concernant ce sujet, et retournais à mon Feex, qui me regardait toujours d’un air déçu. Il sembla beaucoup plus content lorsque je saisis son membre à deux mains, bien décidée à aller plus loin encore. Une fois son sexe tout dur, je grimpais sur mon lit, l’invita nt à me rejoindre. Assise, les jambes écartées, je le laissai me lécher la cramoille pendant que j’installais une pile de coussins au milieu de mon lit, comme conseillé sur internet. Une fois prête, je m’installais sur le dos, les fesses reposant sur les coussins, de façon à être surélevée par rapport à mes jambes. Ni une ni deux, le chien me grimpa dessus, et me pénétra avec des grognements de satisfaction. Son énorme bite rouge et mouillée lubrifia toute ma chatte au fur et à mesure qu’elle me pénétrait. Je criais de plaisir tandis que mon chien me calait sa bite au fond de la chatte, avant d’entamer des va-et-vient à un rythme incroyablement rapide, qui me firent pousser des cris de plaisir hachés et puissants. Je me laissais baiser par mon compagnon, sentant son sperme chaud couler dans mon trou de femelle. Sa semence emplissait mon orifice rapidement, et je le sentis avoir un orgasme. La base de son pénis tripla de taille, écartant mon vagin, dilatant mon minou, m’arrachant un orgasme surpuissant. Je hurlais de plaisir, sentant son bulbe le verrouil ler à moi pour déverser plus profondément son jus. Le sperme giclait dans mon sexe de femelle, éclaboussait les parois de mon vagin, remontant dans mon ventre par l’utérus. Je voyais et sentait du sperme dégouliner hors de mon entre-cuisses et glisser sur mon anus, et je compris que mon sexe et mon utérus étaient remplis à ras-bord de sperme animale. Mon chien cessa de bouger, laissant son jus dégouliner hors de mon minou, préférant lécher mes seins pendant qu’il me fécondait. Bien sur, génétiq uement, je ne peux pas avoir d’enfants avec lui, mais j e me plaisais à penser que son sperme chaud remontait mon utérus e t comblai t mon système de femelle féconde . Le sujet est photo femme zoophil, images zoophilie, photo de zoophil.