☎ Femme en manque dispo de suite

photos sexe animal Une belle opportunité de sexe zoophile...

Je dois vous dire que je suis un homme employé d’une centre équestre qui vit seul en ce moment… Un soir, après que nous ayons fini un cours d’équitation, le club hippique se vidait progressivement. Je brossais le cheval que l’on m’avait confié, lorsque je réalisais que j’étais seul dans l’écurie. Le moniteur du club devait être dans son bureau. Au moment de déposer le harnachement de mon destrier à la sellerie, j’entendis du bruit dans un box où se trouvait Orbiny, un solide étalon. Après avoir posé rapidement et en silence mon matériel, j’approchais doucement du box en question. Je surpris alors une des cavalières de mon cours qui caressait lentement le bas ventre et l’entre jambes d’Orbiny. Comme la jeune femme n’avait pas remarqué ma présence, je décidais d e la laisser continuer afin de voir ce qu’elle avait en tête. Le sympathique Orbiny, car c’était un des plus gentils cheval entier qu’il m’ait été donné voir, avait déjà son sexe entièrement sorti. La petite coquine pris alors cet énorme phallus dans la main et se mit à le masturber lentement pendant qu’il grossissait à vue d’œil. Tout en continuant à branler l’animal, et après avoir nettoyé son pieu à l’aide d’un gant de toilette, je vis la petite ingénue dégrafer son pantalon avant de plonger une de ses mains à l’intérieur de sa culotte. Après une à deux minutes de masturbation combinée, elle se mit accroupie sous le ventre d’Orbiny. La jeune femme sortit la main de sa fente intime pour lécher ses doigts, avant de les y replonger à nouveau. Je n’en croyait pas mes yeux. Cette petite coquine si jeune et jolie était en train de se fourrer des doigts dans son minou pendant qu’elle masturbait un cheval en pleine érection. Le spectacle était si excitant, que je décidais de me masturber à mon tour. Il faur dire que j’étais également en pleine érection et que ma bite avait rarement été aussi dure. Trop excité sans doute, j’éjaculais presque aussitôt, dévoilant en même temps involontairement mon poste d’observation. Tant mon plaisir avait été peu discret. La jeune femme sexy et son amant chevalin furent tout deux très surpris d’être interrompu de la sorte. La surprise de la fille laissa très rapidement place à la honte que l’on pouvait lire sur le visage désormais rougeoyant de cette petite effrontée. Les secondes qui suivirent à ce moment là, paraissèrent interminables jusqu’à ce que la petite cochonne reprenne le contrôle de ses émotions… Et me propose de venir la rejoindre dans le box pour que je la vois finir ce qu’elle avait commencé. Après les avoir rejoints, je ne mis pas longtemps à rebander comme un âne, tant ce qui se passait devant moi était incroyable. La petite coquine était en train de descendre complètement son pantalon, laissant apparaître un corps et un petit cul parfait. Elle me confia son pantalon totalement trempé de mouille que je mis sur l’une de mes épaules tout en reniflant son odeur subtile. Je m’aperçus qu’elle retirait aussi sa culotte. Cette jolie petite blonde désormais toute nue devant moi, se remis accroupie sous Orbiny dont le sexe était toujours aussi gonflé de désir et repris là où elle en était, en le branlant de nouveau entre sa fente intime… Au bout de quelques minutes, je remarquais que cette cochonne était si excitée, que le jus provenant de son sexe ruisselait le long de ses cuisses avant de tomber sur la paille fraîche. Régulièrement elle plongeait ses doigts au plus profond de sa fente afin de récupérer un peu de ce nectar pour continuer à s’en délecter. Au bout d’un moment , alors que ses doigts s’agitaient à nouveaux dans son orifice de jeune femelle, elle commença à sucer la gigantesque bite de cheval faisant aller et venir sa langue sur le cylindre rose et noir d’Orbiny Puis elle s’introduisit non sans difficultés la pine animale impressionnante dans son vagin qui se dilata à mesure des allers et retours dans son ventre… . Au fur et à mesure que les minutes passaient, les doigts de cette cochonne s’agitaient frénétiquement entre ses petites fesses… Lorsque soudain, elle mit dans sa bouche l’énorme gland dégoulinant de liquide séminal de son amant chevalin. Cette fellation bestiale l’a mise dans une transe telle, qu’elle me demanda en haletant si je voulais bien la sodomiser. Elle se positionna différemment pour s’introduire encore le braquemard de l’étalon dans son sexe… Tout en me masturbant et en sucant ma pine, elle se mit correctement, me présentant sa croupe. La vision de ce magnifique petit cul tendu et offert à ma bite sans aucune retenue, me mit dans un état sans pareil. Après avoir lubrifié son petit trou avec ma langue et le jus provenant de la chatte brûlante de cette dévergondée, je rentrais ma bite sans plus de manière au plus profond de son intimité anale. Je commençait alors lentement mes va et vient dans son cul, pendant qu’elle poussait des râles de plus en plus fort à mesure que j’accélérais le mouvement. Il ne fallut pas plus de deux à trois minutes de ce traitement insolite, pour que notre amant à quatre pattes n’en puisse plus et se décide enfin à vider ses couilles bien pleines dans le vagin dilaté de sa jeune maîtresse. Le sperme gicla de partout, tant la quantité et la puissance de l’éjaculation du cheval était puissante. La petite cochonne ne pu rester qu’une fraction de seconde en face de ce jet hallucinant de foutre bestial… Qui la projetta en arrière en l’empalant plus profondément sur ma bite, contre mes couilles qui se vidèrent en même temps au plus profond de son cul. Nous étions maintenant tout les trois complètement inon d és de sperme chevalin, et ma belle petite blonde mit quelques secondes avant de reprendre tous ces esprits. Quant à moi, intrigué par cette expérience insolite, je profitais de ce moment là pour aller goutter l’épaisse semence qui coulait encore un peu de la bite d’Orbiny. Tandis que je nettoyais son pieu jusqu’à la dernière goutte foutre avec ma langue, j’observais mon extraordinaire petite cochonne dont le trou du cul dégoulinait de mon sperme pendant qu’elle remettait son pantalon. Une fois toute cette agitation retombée et après nous être rhabillés au mieux, nous avons brossé notre étalon adoré pour le remercier de sa participation et le calmer avant de le laisser dormir. En sortant du club hippique, le moniteur était toujours dans son bureau à faire de la paperasse. J’embrassais à pleine bouche ma fougueuse cavalière dont les yeux brillaient encore de plaisir. Depuis, et jusqu’à ce jour, les semaines sont toutes ponctuées par de nombreuses autres partouzes équestres avec Orbiny et cette petite cochonne. Dans une incroyable complicité. Le sujet est zoophilie pictures, roman photos porno, zoophilie photo gratuit.