☎ La plus grosse pute de Vivastreet

image de zoophilie La jeune fille baise avec ce cheval

Assise par terre, en jupette découvrant ses jolies cuisses au lever du soleil, Mathile trouve tout ça très romantique et sexy. Il ne manquerait plus qu’un beau mec arrive pour la soigner et le tableau serait parfait. Mais personne n’arrive. Mathilde imagine ce qui pourrait arriver et commence à se caresser à travers son petit boxer. Balsan vient lui pincer l’épaule et Mathilde, sans réfléchir, lui caresse le museau de la même main. Balsan renifle à pleins naseaux. Presque instantanément, ses instincts d’étalon semblent se réveiller et sa verge commence à sortir, encore molle. Même si elle avait déjà vu la bite de Salt, un autre étalon, celle de Balsan est tout simplement formidable en comparaison. Mathilde ne peut s’empêcher de se demander quelles sensations une bite pareille lui procurait. Et pour la première fois, elle fait plus attention à la taille des couilles du cheval. Si tout est en proportion, la bite de Balsan doit être énorme en érection. Dans le même temps cette idée l’écœure. Et pourt ant, plus elle caresse Balsan, plus ce sexe grandit. Et toujours pas en érection. Mathilde n’y tient plus, elle veut savoir. Se pench ant sous Balsan, elle attrape cette verge, grosse comme son poignet. Le membre est chaud et doux. Au contact, presque similaire à la queue d’un homme. Balsan est nerveux mais ne s’agite pas. Doucement, elle commence des va et vient. Le sexe gonfle mais la forme du bout du sexe ne ressemble à rien à la queue d’un homme, s’élargissant un peu comme un champignon. La bite de Balsan semble devoir toujours grandir. Malgré elle, Mathilde est terriblement excitée. Une bite comme ça dans la chatte, ça doit être incroyable, si ce n’est impossible. La jeune fille sent qu’elle mouille de plus en plus. N’en pouvant plus, elle plonge sa main entre ses cuisses et trouve sa petite chatte inondée de cyprine. Même son slip est humide. Comment peut-elle être dans cet état avec un cheval ? Mais l’excitation efface toute inhibition et la t aille de cette bite la fascine. Mathilde a envie d’aller jusqu’au bout de cette expérience même si elle ne sait pas vraiment ce qu’elle entend par là. Se mettant à genoux, elle approche son visage de ce membre immense. Elle caresse son visage avec, ses joues , son cou, ses lèvres. Elle l’embrasse, presque avec amour. Elle n’est plus écœurée du tout et elle tend la langue. Elle lèche cette bite géante. Intriguée, elle essaye de la lécher sur toute longueur. Impossible, elle manque de salive. Elle tâte les couilles qui sont énormes. Elle arrive à peine à faire le tour de la queue avec sa main maintenant. La jeune femelle n’en peut plus. Elle lèche maintenant le bout de la bite de Balsan. Elle essaye d’en faire le tour avec ses lèvres. La bite lui tire sur la commissure des lèvres mais elle arrive à glisser le bout dans sa bouche. Mais c’est trop gros, elle ne peut pas le faire aller et venir et se cont ente d’en lécher le bout activement. Balsan semble adorer ce traitement et henni doucement. Mathilde se caresse furieusement. Elle martyrise p resque sa petite chatte. Soudain, sans prévenir, Balsan éjacule au fond de la bouche de la femelle en une explosion de foutre. Alors que cette bite énorme occupe déjà toute sa bouche, le sperme éclabousse son petit débardeur, trouvant le moyen de gicler en dehors de ses lèvres distendue. Cependant la bite de Balsan a encore grossi sous l’effet du plaisir et Mathilde sait qu’elle ne peut pas la faire so rtir de sa bouche sans se faire mal. Pourtant, elle adore cette s ensation. Sa bouche se rempli à chaque giclée de Balsan. Elle n’a plus le choix, elle avale ce sperme chaud. Comment peut-il y en avoir autant ? Elle a l’impressi on de boire au b iberon. Le sperme est assez épais et le gout est fort mais Mathild e se sent salope. Malgré ses efforts, le sperme continue de couler le long de son menton sur sa poitrine, tachant son débardeur. Elle pince désormais son clitoris de toute ses forces et jouit comme une furie. La bite de Blasan ayant un peu dégonflée, elle penche la tête en arrière et crie son plaisir. A genoux dans la forêt, sa cyprine coule abondamment sur ses chevilles, à travers son petit boxer détrempé. Éreintée, elle se laisse tomber sur le sol. Balsan semble beaucoup plus serein. Regardant le ciel à travers les arbres, Mathilde regarde les nuages défiler. Elle se sens magnifiquement bien, prète à recommencer après son épuisement passager… Le sujet est photo zoophile homme, photo sexe zoophilie, photos zoophilie.